Modalités d'accueil

Jours et Horaires d'ouverture

haut

Jours d'ouverture

Les jours privilégiés d'ouverture des déchèteries sont les mercredis et samedis. En milieu urbain, l'ouverture le dimanche est généralisée (CUB, COBAS, CA Agen, CA Pau Pyrénées, SIVOM Rive Droite, CC Cestas Canéjan, etc).

Pour les déchèteries en réseau, des jours d'ouverture combinés sont très souvent mis en place :

Exemple :

  • SIETOM de Chalosse (40) : horaires décalés entre les 2 déchèteries d'un même canton : cette organisation permet d'optimiser le personnel qui tourne sur plusieurs sites.
Jours d'ouverture Déchèterie de Pomarez Déchèterie d'Amou
Lundi 9 h-12 h 13 h 30–17 h
Mardi    
Mercredi 9 h-12 h 13 h 30–17 h
Jeudi    
Vendredi    
Samedi 13 h 30–17 h 9 h-12 h 30
  • SIVOM de la Vallée d'Ossau (64) : les 2 déchèteries possèdent des jours complémentaires d'ouverture sauf le samedi, où elles sont ouvertes toutes les deux. Ainsi, les usagers disposent tous les jours (hors dimanche) d'une déchèterie ouverte.
Jours d'ouverture Déchèterie de Louvie-Juzon Déchèterie de Laruns/th>
Lundi 14 h–18 h*  
Mardi 14 h–18 h  
Mercredi   14 h–18 h
Jeudi 14 h–18 h  
Vendredi   14 h–18 h
Samedi 10 h–12 h et 14 h–18 h 10 h–12 h et 14 h–18 h

* Les horaires indiqués sont valables du 1er octobre au 31 mai. En été, ouverture de 15 h à 19 h au lieu de 14 h à 18 h

  • CA Périgourdine (24) : Du mardi au vendredi, 3 déchèteries sur les 4 sont ouvertes avec alternativement une déchèterie fermée. Le lundi après-midi est réservé aux professionnels.
Jours d'ouverture Chancelade Périgueux Coulounieix
Chamiers
Trélissac
Lundi 14 h–18 h 14 h–18 h 14 h–18 h 14 h–18 h
Mardi 9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
Fermée 9 h 30-12 h
14 h-18 h
Mercredi Fermée 9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
Jeudi 9 h 30-12 h
14 h-18 h
Fermée 9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
Vendredi 9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
Fermée
Samedi 9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
9 h 30-12 h
14 h-18 h
Dimanche Fermée 9 h-12 h 9 h-12 h Fermée

Préconisations

  • Jours d'ouverture incontournables : mercredi et samedi,
  • Dans le cadre d'un réseau de déchèteries, prévoir des jours d'ouverture combinés entre installations.

Choix des horaires d'ouverture

Le choix des horaires d'ouverture dépend de plusieurs paramètres :

  • Présence ou non d'un réseau de déchèteries, non d'un réseau de déchèteriesnon d'un réseau de déchèteriesnon d'un réseau de déchèteries
  • Population desservie,
  • Milieu (rural ou urbain),
  • Contexte local,
  • Accueil ou non des déchets des professionnels.

Le suivi de la fréquentation par tranche horaire ou par demi-journée permet d'adapter les horaires aux besoins réels des usagers et de justifier des éventuels changements (suivi réalisé par la CC du Villeneuvois - 47).

La durée hebdomadaire d'ouverture d'une déchèterie est liée à la population qu'elle dessert. Ci-dessous, l'exemple de 17 déchèteries aquitaines :

Durée d'ouverture hebdomadaire des déchèteries
en fonction de la population desservie (en heures)

haut
Nom de la
déchèterie
Maitre d'ouvrage Nombre
d'habitants
desservis
Durée
d'ouverture
hebdomadaire
(en heures)
1 Aren (64) SICTOM du Haut Béarn 1 510 8
2 Josse (40) SITCOM Côte Sud des Landes 2 010 7,75
3 Pomarez (40) SIETOM de Chalosse 3 910 10,5
4 Préchac (33) CC du Canton de Villandraut 4 630 21
5 St Cyprien (24) SMCTOM de Lalinde le Buisson 5 670 21
6 Castelculier (47) Commune de Castelculier 5 765 28
7 Hautefort (24) SMCTOM de Thiviers 6 500 28
8 Espoey (64) CC Ousse Gabas 7 500 24
9 Hagetmau (40) SIETOM de Chalosse 8 450 24
10 Déchèteries CAP (24) CA Périgourdine 16 250 30 à 33
11 Oloron (64) SICTOM du Haut Béarn 16 300 37
12 Boulazac (24) CC Isle et Manoire 16 500 36,5
13 Narosse (40) CA du Grand Dax 25 000 49
14 Libourne (24) SMICVAL 25 000 49
15 Langon (33) SICTOM du Langonnais 29 000 32,5
16 Bizanos (64) CA Pau Pyrénées 35 250 55
17 Déchèteries CUB (33) CUB > 40 000 58 à 65

 

Les déchèteries de la CA de Périgueux (n°10), d'Aren (n°1), Josse (n°2) et Pomarez (n°3) appartiennent à un réseau ce qui permet d'optimiser leur durée d'ouverture.

A titre indicatif, le tableau ci-dessous indique la durée hebdomadaire d'ouverture en fonction du bassin de population à desservir, sur la base des observations précédentes :

Nombre
d'habitants
desservis
- de 5 000 5 000 à
10 000
10 000 à
20 000
20 000 à
40 000
+ de
40 000
Durée
d'ouverture
hebdomadaire
8 à 20 h/sem* 20 à 30 h/sem 30 à 40 h/sem 45 à 55 h/sem 60 à 65 h/sem
Durée annuelle
d'ouverture moyenne
730 h/an 1 300 h/an 1 800 h/an 2 600 h/an 3 300 h/an

* h/sem : Heures par semaine

Horaires d'hiver et d'été

La période d'avril à septembre correspond aux apports les plus importants (production accrue de déchets verts, nettoyage de printemps, ...), au moment où les jours sont les plus longs. C'est donc à cette période que les usagers désirent généralement que la déchèterie soit ouverte plus longtemps et notamment plus tard le soir.

La majorité des collectivités fonctionne avec des horaires inchangés entre l'hiver et l'été.

Certaines collectivités décalent leurs horaires pour fermer plus tard l'été.

Ces modifications s'opèrent sans ou avec modification de la durée d'ouverture (durée plus longue en été).

Quelques exemples :

Collectivités Période 1 Période 2 Période 3
SITCOM
Côte Sud
des Landes (40)
Hiver
8h-12h et
13h15-18h
(8h45 par jour)
Eté
8h30-12h30 et
13h45-19h
(8h45 par jour)
 
COBAS (33)
Lundi et samedi
1/12 à 28/02
8h30-12h30 et
13h30-17h30
(8h par jour)
1/04 à 30/09
8h-12h30
et 13h30-18h30
(9h30 par jour)
1/10-30/11 et
1/03-31/03
8h30-12h30 et
13h30-18h
(8h30 par jour)
SIETOM de Chalosse (40) Hiver
9h-12h30 et
13h30-17h
(7h par jour)
Eté
9h-12h30 et
14h30-18h
(7h par jour)

Préconisations

  • Ne pas multiplier le nombre de plages horaires dans l'année,
  • Analyser les conséquences des changements d'horaires sur la gestion du personnel et la communication aux usagers.

L'accès en déchèterie

haut

Les modalités de contrôle à l'entrée de la déchèterie

Les modalités de contrôle à l'entrée de la déchèterie sont fonction des objectifs définis par la collectivité, à savoir :

  • S'assurer que l'installation n'est utilisée que par les habitants de la collectivité maître d'ouvrage (qui a financé l'équipement),
  • Faire des statistiques sur l'origine et la nature des déchets apportés (notamment dans le cadre d'une intercommunalité),
  • Contrôler les apports des professionnels.

En fonction des objectifs poursuivis, le contrôle correspond :

  • A la vérification de l'origine géographique et de la nature des usagers,
  • Au contrôle de l'apport des professionnels,
  • Au suivi de la fréquentation.

Tous les dispositifs mis en œuvre présentent, cependant, des possibilités de dérives et de détournement : Le rôle de l'agent d'accueil est essentiel dans cette organisation.

Les différentes modalités de contrôle effectuées par l'agent d'accueil sont listées dans le tableau suivant :

Type de dispositifs Remarques
Pas de contrôle des particuliers à l'entrée
(peu de collectivités)
Tout le monde est accepté y compris les particuliers n'habitant pas sur le territoire
Contrôle visuel avec demande de la commune d'appartenance voire d'un justificatif de domicile le cas échéant (grande majorité des collectivités) Système simple, utilisé notamment en milieu rural où la population se connaît.
Vignette ou macaron collé sur le pare-brise :
CUB (33),
CC Isle et Manoire (24),
USTOM de Gironde Est et du Vélinois (33).
Système simple mais qui entraîne des problèmes lors de l'utilisation de plusieurs véhicules ou de changement de véhicules
Les vignettes peuvent être renouvelées annuellement
La numérotation des vignettes permet de suivre la fréquentation et les apporteurs
Carte simple (nom, commune) associée ou non à l'immatriculation d'un ou de plusieurs véhicules
CC Orthez (64),
CA d'Agen (47),
CC Astaffort en Brulhois (47),
CC Errobi (64).
Système simple et peu onéreux permettant d'indiquer également sur le recto de la carte les heures d'ouverture

Carte magnétique ou à puce avec enregistrement par les agents d'accueil 
CC Cestas Canéjan (33),
CC Médulienne (33),
SIVOM de la Rive Droite (33).
Système intéressant dans le cadre d'un suivi précis mais contraignant pour l'agent qui doit enregistrer tout le monde, coûteux pour la collectivité, intéressant dans le cadre d'un suivi des apports des professionnels. Notamment des prestataires informatiques locaux peuvent répondre aux demandes des collectivités.
Les coûts varient de 10 000 à 17 500 € HT par déchèterie avec :
- Logiciel et formation (1 500 à 5 000 € HT),
- 1 000 cartes (0,40 à 1,60 €/carte),
- Terminal + licence + modem (2 000 à 3 000 € HT),
- 1 imprimante (400 à 1 400 € HT),
- 1 barrière, télécommande + boucle magnétique
(5 500 à 6 500 € HT).

 

haut

Les barrières d'accès

La barrière d'accès permet de gérer l'affluence. Elle peut disposer, en outre d'un système de comptage intégré, assurant le suivi de la fréquentation journalière. Les déchèteries de la CC Fumélois Lémance (47) et de la CUB (33) disposent de ce type d'équipement.

Déchèterie de Montayral (47) - CC Fumélois Lémance

Les différents types de barrières d'accès :

Dispositif Exemples Coût indicatif en € HT (hors installation) Remarques
Barrière d'accès automatique sans boucle de détection   3 500 à
4 000 €
Ouverture commandée par télécommande
Barrière d'accès automatique avec boucle de détection Montayral (47) - CC Fumelois Lemance CUB (33) 6 000 à
6 500 €
 
Barrière d'accès automatique avec boucle de détection et système informatique de gestion des entrants Libourne Ballastière (33) - SMICVAL 6 500 à
7 000 €
Nombre de véhicules maximum sur quai programmable
Barrière d'accès avec émetteur et réflecteur infrarouge + borne de pilotage de barrière avec lecteur de carte magnétique Brantome (24) - SIVOM de Champagnac Belair 10 000 à
12 000 €
Vérifier la compatibilité du système de lecture de cartes avec le logiciel de suivi de la fréquentation

 

haut

Synthèse et préconisations

Préconisations

Le choix des modalités de contrôle des usagers à l'entrée de la déchèterie doit être réalisé en tenant compte de différents critères, comme :

  • Les objectifs de suivi définis par la collectivité : uniquement contrôle de l'accès ou volonté de suivre l'origine des apports en fonction de la nature des déchets et les quantités apportées dans le cadre d'une intercommunalité,
  • La typologie de la collectivité (rurale / urbaine) et la connaissance des usagers par les agents d'accueil,
  • L'importance des apports extérieurs ou professionnels,
  • Moyens humains à disposition : un suivi avec carte magnétique nécessite au moins 2 agents en permanence.

La barrière d'accès permet de gérer les grosses affluences. Il est recommandé de la prévoir dès la conception de la déchèterie et de dimensionner la voie d'accès pour contenir la file d'attente.

Les principaux fournisseurs de système informatique de suivi :

Nom du fournisseur Téléphone
BALERE 05 63 91 63 80
HORTEC Ingénierie 04 99 61 47 80
INNOVERT 04 99 62 22 62
STYX 02 99 82 89 18
TRADIM 01 44 91 70 70 

Liste non exhaustive.

Prise en compte des professionnels

haut

Déchèteries acceptant les professionnels

L'acceptation des professionnels en déchèterie est une solution fortement recommandée notamment en milieu rural, s'ils ne disposent pas de solution locale d'évacuation de leurs déchets. Cependant, cela entraîne des surcoûts qui ne doivent pas être supportés par l'ensemble des administrés. Il faut donc que les collectivités fassent payer le service rendu aux professionnels, dans le cadre de la redevance spéciale ou par la mise en place d'une tarification adaptée. La mise en place d'une tarification adaptée permet également de responsabiliser davantage les professionnels, quant à la production de leurs déchets.

La nature des déchets professionnels acceptés en déchèterie

Les principaux déchets apportés par les professionnels concernent, principalement, le tout-venant, les déchets verts, les déblais et gravats, le bois, les ferrailles, le carton, les huiles moteurs, batteries et piles.

D'autres déchets peuvent aussi être acceptés :

  • Déchets toxiques en Quantité Dispersée (DTQD) : Ils sont rarement acceptés en déchèterie mais des aides de l'agence de l'eau (investissement et fonctionnent) peuvent être attribuées aux collectivités si elles mettent en place leur collecte en plus des déchets dangereux des ménages (DDM). La Dordogne souhaite mettre en place une tarification unique pour l'accueil des DTQD en déchèteries.
  • Déchets d'Equipement Electrique et Electronique (DEEE) : en Dordogne, la tarification départementale inclut des tarifs spécifiques pour les DEEE professionnels antérieurs au décret du 15 août 2006,
  • Polystyrène : en Dordogne, la tarification inclut un tarif pour le polystyrène professionnel.

Modalités d'accueil des professionnels

Des limitations en poids ou en volume sont généralement appliquées. Les collectivités acceptent essentiellement les professionnels qui ont leur siège social sur le territoire de la collectivité.

Certaines acceptent les professionnels qui viennent travailler sur leur territoire (exemple : CC des Deux Séounes – 47, CA du Grand Dax – 40, SITCOM Côte Sud des Landes – 40) sous réserve de fourniture de justificatifs sous la forme de factures, devis, attestations clients, …

Les différents modes de tarification

Différents modes de tarification sont appliquées par les collectivités : forfait ou prix unitaire au poids ou au volume des déchets apportés, selon leur nature (l'accueil des ferrailles et des cartons est généralement gratuit).

Dispositif Exemples Avantages Inconvénients
Tarif au volume, différent suivant la nature du déchet SMICVAL du Libournais Haute Gironde (33),
CA Grand Dax (40),
CC 2 Séounes (47),
CC Coteaux et landes de Gascogne (47)
USTOM de Gironde Est et du Vélinois (33), Dordogne (24).
Système le plus simple et le plus couramment utilisé Risques de conflits portant sur l'estimation visuelle du volume apporté
Charge supplémentaire de travail pour l'agent
Risque de détournement ou de dérive
Tarif au poids, différent suivant la nature du déchet Pont bascules à Saint Loubes (SEMOCTOM- 33) Evaluation précise de la quantité et non contestable Investissement supplémentaire d'environ 50 000 € (pont bascule, y compris génie civil). Non adapté pour des apports en mélange
Forfait au véhicule
(PTAC ≤ 3,5 T)
SI Bizi Garbia (64)
SIVOM de la Vallée d'Ossau (64)
Système simple Non adapté pour les petits apports
Nécessité d'un quai adapté pour permettre la manœuvre des fourgons, ou petits camions
Forfait inclus dans la redevance spéciale SITCOM Côte Sud des Landes (40)
SIVOM des Cantons du pays de Born (40)
CC Fumelois Lemance (47),
Travail réduit de l'agent
Pas de contestation
Pas de paiement en fonction de la quantité réellement apportée

 

Le cas particulier du SITCOM Côte Sud des Landes (40) : L'accès en déchèterie est inclus dans la redevance spéciale ou fait l'objet d'une « redevance spécifique » pour les professionnels qui ne payent pas la redevance spéciale (exemple : professionnels du BTP). Le SITCOM possède la liste des artisans sur son territoire, mise à jour trimestriellement en fonction des bases SIREN. Tous les professionnels sont soumis à cette redevance, en fonction du nombre de salariés et de la nature de leur activité, sauf ceux qui prouvent qu'ils n'utilisent pas le service. Ce système permet, au niveau de la déchèterie, de dégager le gardien de tout contrôle et suivi de l'apport des déchets professionnels. L'accès des professionnels en déchèterie est limité aux véhicules de moins de 3,5 tonnes.

Des exemples de tarification de l'accès des professionnels en déchèterie sont fournies en annexe 1 du guide.

Les différents modes de paiement

Dispositif Exemples Avantages Inconvénients
Bon de dépôt uniquement (facturation différée ensuite) Dordogne (24)
CC Coteaux et Landes de Gascogne (47)
SIVOM de la Vallée d'Ossau (64)
CC 2 Séounes (47),
SEMOCTOM (33).
Simple et adapté pour peu de professionnels Ressaisies manuelles nécessaires
Risques d'impayés
Cartes pré-payées magnétiques CA Grand Dax (40).
CC d'Errobi (64)
Suivi automatique des données (nature et quantité de déchets apportés)
Limitation des impayés
Dispositif coûteux à l'achat
Cartes pré-payées à poinçonner par flux SMICVAL du Libournais Haute Gironde (33) S'adapte à l'apport du professionnel
Simple d'utilisation
Limitation des impayés
Traçabilité uniquement au travers des achats de cartes
Tickets pré-payés SI Bizi Garbia (64),
USTOM de Gironde Est et du Vélinois (33).
Système simple d'utilisation
Limitation des impayés
Traçabilité uniquement au travers des achats

 

Le cas particulier du département de la Dordogne
En Dordogne, une charte départementale d'accueil des professionnels en déchèterie a été mise en place grâce à un travail associant différentes collectivités intervenant dans la gestion des déchets, des organisations professionnelles d'artisans, commerçants et des organismes publics. Elle a été signée par les différents partenaires suivants :

  • Le Conseil Général de la Dordogne,
  • La Chambre Economique de la Dordogne,
  • Le Syndicat Mixte d'Elimination des Déchets de la Dordogne (SMD3),
  • L'ADEME,
  • Le Conseil Régional d'Aquitaine,
  • Les Organisations Professionnelles suivantes : L'Union Professionnelle Artisanale (UPA), la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB), la Fédération Française du Bâtiment (FFB), le Conseil National des Professions de l'Automobile (CNPA), le Groupement National des Carrossiers Réparateurs (GNCR), la Fédération Nationale des Artisans Ruraux (FNAR).
  • Et les collectivités exerçant la compétence collecte, maîtres d'ouvrage de déchèteries mixtes.
haut

La Charte a pour objectif de définir les engagements respectifs des différents signataires, ainsi que les modalités d'accès (tarification et limitation 2 m3 maximum d'apport par jour) des professionnels en déchèterie, homogènes sur l'ensemble du département.

Elle couvre la presque totalité des déchèteries du département.

Un guide pratique d'information pour les professionnels a été édité à 20 000 exemplaires. Il explique la démarche, les modalités d'accueil en déchèteries et indique la liste des déchèteries concernées et leurs heures d'ouverture.

La tarification départementale mise en place dans la plupart des collectivités est la suivante :

L'accueil futur des DTQD des professionnels est en cours d'étude.

 

En cas d'acceptation des professionnels en déchèterie : Préconisations

  • Prévoir, dès la conception de la déchèterie, les conditions d'accueil des professionnels,
  • Mettre en œuvre une tarification adaptée au service rendu,
  • Prévoir un accueil des professionnels siégeant ou ayant un chantier sur le territoire de la collectivité sous réserve de justificatifs.

haut

Déchèteries n'acceptant pas les professionnels

Les solutions alternatives proposées

De nombreuses collectivités notamment urbaines interdisent l'accès des déchèteries aux professionnels, qui disposent de solutions alternatives, comme :

  • L'accueil sur une installation spécifique disposant d'un pont bascule :
  • L'accueil sur une déchèterie professionnelle publique : Quelques exemples :
  • La CC Errobi (64) a créé, sur la commune de Cambo-les-Bains, une déchèterie réservée aux professionnels. Cette collectivité possède, en plus, 3 déchèteries sur Ustaritz, Itxassou et Souraide, pour les particuliers uniquement,
  • SICTOM du Langonnais (33) possède deux déchèteries : une réservée aux professionnels sur Toulène et une pour les particuliers à Langon,
  • CC Villeneuvois (47) accueille les professionnels uniquement sur la déchèterie de Saint-Livrade, les deux autres déchèteries de Villeneuve et du Lédat étant réservées aux particuliers,
  • L'accueil directement sur les quais de transfert, installations de stockage des déchets non dangereux ou des déchets inertes, plateformes de broyage et/ou compostage de déchets verts :
  • SMICOTOM (33) : installations de stockage des déchets non dangereux et des déchets inertes, plateforme de compostage des déchets verts,
  • COBAS (33) : Quais de transfert et plateforme de compostage des déchets verts,
  • SICTOM du Haut Béarn (64) : installation de stockage des déchets inertes et plateforme de compostage des déchets verts.
  • Des solutions privées adaptées (déchèteries, centre de tri, usine de traitement) :
  • Accueil des professionnels sur des déchèteries privées, sur la CUB (33), la COBAN (33), la CA d'Agen (47), etc.

Les moyens de limitations des professionnels en déchèterie : les portiques

Pour limiter l'accès des professionnels, des portiques (de 1,90 m de hauteur) sont mis en place à l'entrée des sites (CUB, SMICOTOM, COBAS, CA Pau Pyrénées...) :

Lanton (33) - COBAN

Andernos-les-Bains (33) - COBAN

En cas de refus des professionnels en déchèterie : Préconisations

  • Nécessité de proposer des solutions locales adaptées pour les déchets des professionnels et connues des agents de déchèterie, sous peine de dépôts sauvages,
  • Mise en place de portique d'accès empêchant l'accès aux véhicules utilisés par les professionnels (type fourgon ou camion plateau). Interdiction également des remorques double essieu qui peuvent remplacer les camions plateaux.

L'agent d'accueil

Rôle de l'agent d'accueil

haut

En quoi consiste le métier d'agent d'accueil ?

Assurer l'accueil, l'accompagnement des différents usagers et le bon déroulement du tri des apports en déchèteries.

  • Réguler les flux d'entrée, vérifier les droits d'accès, contrôler et orienter les apports des usagers ;
  • Assurer l'accueil, l'information, la sensibilisation des usagers aux objectifs et aux consignes du tri,
  • Vérifier la répartition des déchets, le respect des règles d'hygiène et sécurité, gérer les aléas courants provoqués par les usagers,
  • Réceptionner, différencier, trier et stocker les déchets dangereux des ménages ;
  • Assurer la réception des apports payants et en vérifier le tri ;
  • Repérer, désamorcer une situation de tension avec les usagers et mettre en œuvre les moyens de réguler un conflit lié au non-respect du règlement intérieur de la déchèterie.

Assurer l'exploitation fonctionnelle de la déchèterie :

  • Remplir et compiler les différents documents d'exploitation d'une déchèterie ;
  • Faire procéder aux enlèvements en les optimisant ;
  • Gérer l'état et la tenue de la  déchèterie (ouverture / fermeture, propreté, maintenance de premier niveau, dégradations hellip;) ;
  • Détecter et gérer les situations à risques pour les personnes et/ou les biens ;
  • Anticiper et gérer les aléas affectant le fonctionnement d'une déchèterie.

Les principales qualités attendues de l'agent d'accueil sont les suivantes :

Le sens du contact :

  • Assurer un accueil toujours agréable et poli des usagers ;
  • Guider, informer et sensibiliser les usagers dans le tri des déchets ;
  • Gérer au mieux les conflits ou l'agressivité entre usagers ou envers lui.

La rigueur :

  • Connaître et appliquer le règlement intérieur et les consignes de tri ;
  • Contrôler systématiquement le tri des usagers ;
  • Identifier les usagers et les déchets apportés.

La capacité d'initiative et l'autonomie

Quelles sont les compétences de base requises ? (source CNFPT)

SAVOIR FAIRE SAVOIR
Accueil, information et orientation des utilisateurs  
Accueillir et guider les usagers et leur remettre éventuellement la documentation et les pièces administratives nécessaires (bons de pesée, bons de compost, guides, etc.)

Aider si nécessaire les utilisateurs à décharger
Procédures d'accueil, consignes de dépôt

Gestes et postures de manutention d'objets

Principes de la communication orale
Réception des déchets et vérification de leur bonne affectation dans les contenants  
Surveiller la qualité du tri des déchets

Veiller à la bonne affectation des déchets et corriger les erreurs éventuelles
Différents matériaux à trier

Identification des déchets dangereux des ménages

Règles de tri
Gardiennage et protection du site  
Ouvrir et fermer le site conformément au règlement intérieur

Interdire l'accès du site aux personnes non autorisées ou en dehors des horaires d'ouverture

Faire respecter les règles et consignes de sécurité

Mettre en application les procédures d'urgence
Règlement intérieur et consigne du site (règles de circulation, etc.)

Procédures d'alerte et de secours

Règles de sécurité du travail et de prévention des risques
Nettoyage et entretien des équipements du site  
Vérifier le nettoyage, la désinfection, l'hygiène du site

Utiliser les produits et matériels d'entretien et les protections requises pour la sécurité

Gérer les stocks de matériels et produits d'entretien

Détecter les dysfonctionnements et signaler toute non-conformité

Détecter les anomalies des équipements et les risques d'accidents
Protocole de nettoyage (fréquence et circuit)

Techniques de nettoyage et de maintenance

Différents produits d'entretien et différents matériaux

Règles de gestion des stocks

Fonctionnement des équipements
Gestion et suivi des rotations des bennes  
Demander aux prestataires l'enlèvement des contenants

Réceptionner les prestataires lors de l'enlèvement des bennes
Prestataires de la déchèterie

Technique d'inventaire

Typologie des risques

Procédures d'habilitation des matériels

Normes et procédures d'alerte et d'accueil
Tenue des documents de l'activité  
Tenir des registres de l'activité du site (comptabilité des volumes enlevés, etc.) Procédures d'accueil, consignes de dépôt et de retrait

Procédures d'alerte

Opérations de calcul

Outils informatiques

Les nouvelles compétences proposées aux gardiens :

Certains exploitants disposent de gardiens « polyvalents » possédant le permis poids lourds. Cette disposition facilite le fonctionnement de la déchèterie et permet au gardien d'assurer la rotation des bennes.
Contact :CC Fumélois Lémance (47) – CC Côteaux et Landes de Gascogne (47).

Le SMICOTOM (33) utilise une grille de contrôle (ci-dessous), complétée lors de chaque visite de l'encadrant afin d'évaluer le travail du gardien.

Grille de contrôle

Formation de l'agent d'accueil

haut

Le métier d'agent d'accueil a fortement évolué sur ces dix dernières années, du fait du succès incontestable des déchèteries, de leur fréquentation toujours croissante, de l'accueil d'une palette plus importante de déchets, des spécificités et précautions qui en résultent.

L'agent d'accueil doit suivre les formations nécessaires à la constitution du savoir  indispensable à une bonne pratique (voir chapitre précédent).

Le ministère chargé de l'emploi et l'AFPA ont défini une certification du métier d'agent d'accueil, référencé sous le titre professionnel « d'Agent Technique de Déchèterie », se composant de deux activités types auxquelles correspondent deux Certificats de Compétence Professionnelle (CCP) :

  • CCP – ASSURER L'ACCUEIL, L'ACCOMPAGNEMENT DES DIFFERENTS USAGERS ET LE BON DEROULEMENT DU TRI DES APPORTS DANS UNE DECHETERIE
  • CCP – ASSURER L'EXPLOITATION FONCTIONNELLE D'UNE DECHETERIE

Le détail de l'obtention de ces deux CCP est fourni en annexe 4 du présent document.

Le titre d'Agent(e) Technique de Déchèterie a été créé par arrêté du 18 décembre 2006 (JO du 9 janvier 2007).

Les principales autres formations continues, recensées sont les suivantes (liste non exhaustive) :

  • Formation au métier « gardien de déchèterie » (ADEME)
  • Formation pour l'accueil des déchets dangereux des ménages (ADEME ou prestataire de traitement des déchets dangereux) :
  • Connaître les risques des déchets dangereux, savoir les manipuler.
  • Connaître les bonnes pratiques de stockage et les filières de traitement
  • Formation gestes et postures :
    Adopter et appliquer face aux situations de manutention susceptibles de nuire à la santé, les principes de base de sécurité physique et d'économie d'effort.
  • Formation aux premiers secours (SDIS) :
    Apprendre et pratiquer les gestes élémentaires de secourisme permettant d'agir efficacement en attendant l'arrivée des secours organisés.
  • Formation sécurité incendie (SDIS) :
    Maîtriser les gestes d'urgence en cas d'incendie et les méthodes de lutte contre l'incendie (utilisation des extincteurs notamment).
  • Formation accueil du public et gestion des situations conflictuelles et agressives :
    La Communauté Urbaine de Bordeaux (33) a réalisé une formation de ses agents à l'accueil du public, de 4 jours, basée sur :
  • Une partie théorique de 2,5 jours ;
  • Une mise en pratique : sur la demi-journée suivante puis une journée un mois plus tard.

La COBAS (33) a dispensé une formation « Gestion des conflits » à ses agents.

Les outils et équipements de travail de l'agent d'accueil

haut

Les équipements de protection individuelle (EPI)

Le métier d'agent d'accueil présente des risques de coincement, de choc, de brûlure... Les EPI recommandés sont les suivants :

Equipements de protection individuelle

Equipements de protection individuelle

Tout Equipement de Protection Individuelle est soumis à la réglementation européenne en vigueur dans le cadre des « exigences essentielles » imposées par la directive 89/686/CEE du 21 décembre 1989 et précisées par les normes.
Le marquage CE indique que les produits sont conformes aux critères réglementaires.

La trousse de premiers soins

Il n'existe pas de trousse de secours type ; son contenu n'est pas standardisé.

Lanton (33)
COBAN

Saint Denis de Pile (33)
SMICVAL

Saint Laurent des Hommes (24)
SMCTOM de Montpon Mussidan

Les équipements d'entretien et de nettoyage

  • Pelle, balai, fourche,
  • Souffleur : il facilite le travail de nettoyage des agents (mis en place par la COBAS – 33), la fourchette de prix d'un souffleur est de 100 à 300 euros HT,
  • Karcher,
  • Equipements nécessaires à l'entretien des espaces verts (taille-haies, tondeuse...).

Le classeur gardien

Rangé dans le local, ce classeur contient les informations indispensables pour l'agent :

  • Les numéros de téléphone essentiels (encadrement, prestataires, secours, police...).

  • Procédures et consignes à suivre.

  • Règlement de la déchèterie.

  • Filières de traitement des déchets collectés.

Contact : COBAS (33) – SICTOM du Haut Béarn (64).

Les autres équipements

  • Equipements nécessaires au suivi (voir chapitre 8 – Suivi du fonctionnement).

  • Equipements du local gardien (voir chapitre 3.2.3.2).

Temps de travail du gardien et affectation aux différentes tâches :

haut

Généralement, le temps de travail de l'agent est calqué sur les plages d'ouverture de la déchèterie.

En fonction des tâches qui lui sont dévolues, l'agent d'accueil peut bénéficier d'un temps supplémentaire de préparation et de fermeture de la déchèterie avant l'ouverture et après la fermeture de l'installation de 15 à 30 minutes chacun. Cela lui permet de préparer ou finaliser son travail et notamment de nettoyer l'installation, mettre au propre ou saisir les informations de suivi du jour, préparer l'ouverture, principalement les jours de grosse affluence.

Contacts : CC Errobi (64) – SMCTOM Montpon Mussidan (24).

L'agent peut, soit être affecté à une déchèterie précise, soit réaliser une rotation sur plusieurs installations. Dans le premier cas, certains gestionnaires craignent des dérives d'ingérence liées à une appropriation excessive de l'installation ; dans le deuxième cas, au contraire, les craintes exprimées concernent le défaut d'implication des agents.

Le nombre d'agents sur l'installation doit être adapté au niveau de fréquentation de la déchèterie. Il tiendra également compte de la configuration du site, de son mode de fonctionnement...

En moyenne, un agent doit pouvoir consacrer au minimum 2 à 3 min à chaque usager. Pour une journée d'ouverture de 8 heures, un agent peut donc recevoir jusqu'à 150 à 250 visites en moyenne.

A partir de ce seuil de visite, un second agent d'accueil devient indispensable (voir graphique ci-dessous). Cette estimation est une moyenne journalière qui doit être adaptée en fonction du contexte local des pointes de fréquentation réellement observées dans la journée et du travail demandé à l'agent.

 

Une enquête réalisée auprès de 30 déchèteries de Dordogne pendant un mois a permis de mesurer le temps moyen consacré par l'agent à l'accueil des apporteurs professionnels (comportant la vérification des déchets apportés, l'évaluation du volume et la tarification des apports), soit cinq minutes en moyenne.

Encadrement des agents

haut

Afin d'éviter un isolement des agents d'accueil, il est nécessaire de prévoir un encadrement joignable à tout moment de la journée, notamment en cas de situation difficile (conflit, agression, incident ou accident) et pouvant se rendre rapidement sur la déchèterie. L'encadrant ne doit donc pas être trop éloigné géographiquement des déchèteries.

Afin de superviser et contrôler le travail des agents d'accueil, il se rend régulièrement sur les déchèteries : au moins une fois par semaine, voire quelquefois quotidiennement. Cela permet de mettre en place et d'entretenir un dialogue régulier.

Suivant le nombre de déchèteries exploitées, l'encadrement est réalisé soit par un ou plusieurs agents de maîtrise, soit par le responsable du service. Dans les déchèteries rurales, ce rôle peut être exercé par un élu.

Le poste de responsable d'exploitation requiert des qualités dans l'organisation du travail autant que dans les relations avec le public. En interne, il gère l'installation, il motive et forme ses collaborateurs ; en externe, il assure les contacts avec les usagers aussi bien qu'avec les collectivités locales et autres institutions.

Encadrement d'une équipe :

  • répartition et suivi des tâches et de la qualité d'exécution ;
  • organisation du planning des agents de déchèteries et remise à jour régulière (absences, maladies ...) ;
  • respect des règles de sécurité et de propreté des sites
  • suivi de la formation des agents ;
  • soutien à la motivation de l'équipe d'agents.

Organisation matérielle et gestion des filières de valorisation :

  • gestion des contacts liés à l'exploitation des ou de la déchèterie (ex : enlèvement des bennes, ...) ;
  • suivi des documents administratifs internes ou externes (lien avec les entreprises partenaires) ;
  • réalisation ou commande des travaux d'entretien ou de réparation de la déchèterie ;
  • recherche de nouvelles filières plus performantes et diversification du tri des
  • filières existantes ;
  • gestion du matériel et de l'habillement du personnel.

Relations externes :

  • relations avec les collectivités locales maîtres d'ouvrage et les autres interlocuteurs publics (le responsable a le rôle de premier interlocuteur), quand la déchèterie est gérée par une entreprise privée ou quand, en régie, plusieurs collectivités sont rattachées à un même équipement ;
  • intervention hiérarchique dans la gestion des conflits entre les agents et les usagers;
  • organisation concrète de la communication extérieure (visites et autres contacts) sous la responsabilité de la collectivité ou de la direction de l'entreprise gestionnaire.

Synthèse et préconisations

haut

Préconisations pour l'agent d'accueil 

  • Prévoir des formations adaptées au métier d'agent d'accueil : le ministère chargé de l'emploi a créé deux certificats de compétence professionnelle permettant d'accéder au titre professionnel d'«Agent technique de déchèterie ».
  • Mettre à disposition de l'agent du matériel et des EPI adaptés,
  • Posséder un encadrement de proximité de l'agent,
  • Adapter la durée du travail aux tâches dévolues et à la fréquentation des déchèteries, pouvant nécessiter un temps de préparation et de fermeture de 15 à 30 minutes chacun,
  • Ajuster le nombre d'agents e fonction du niveau de fréquentation de la déchèterie de sa configuration et de son mode de fonctionnement : en moyenne, un agent peut recevoir jusqu'à 150 à 250 visites par jour.